Pas question de faire le tour de France, mais une petite randonnée en vélo impose une trousse de secours pour soigner les bobos et protéger sa peau.

CÔTÉ BOBOS

Indispensable, le matériel pharmaceutique de base. Pour les coups et les contractures, prenez un gel qui refroidit la zone abimée ou une crème à l’arnica qui réduit les bleus. Rien de tel sinon que des glaçons pour éviter la bosse et l’hématome.

Pour les petites écorchures et égratignures, l’application d’un antiseptique et la pose d’un pansement s’imposent.

Et comme personne n’est à l’abri d’une piqure d’insecte, guêpe ou frelon, ayez toujours un désinfectant ou de l’huile essentielle de lavande. Pour diminuer la démangeaison, un gel antihistaminique ou une recette de grand mère : une moitié d’oignon épluché appliquée pendant un petit quart d’heure.

CÔTÉ BRULURES

En cas de brulures ou de coups de soleil intenses, misez sur un cicatrisant pharmaceutique, glissé dans votre trousse de secours. La formule renferme un antiseptique et souvent de l’acide hyaluronique. Si vous n’avez rien sous la main, sachez que le miel est un excellent antiseptique, reconnu depuis la nuit des temps. Pour un petit coup de soleil, un soin après solaire suffira, choisissez-le bien hydratant et apaisant.

CÔTÉ BEAUTÉ

Pour vous mettre à l’abri des coups de soleil, n’oubliez pas de mettre des soins solaires haute protection dans votre trousse de secours. Prévenez avec une protection adaptée à l’ensoleillement et à votre peau, mais avec un indice de protection au-dessus de 30. N’oubliez pas que l’intensité des rayonnements augmente avec l’altitude, que l’air frais est sournois parce qu’il diminue la sensation de chaleur sur la peau et que la sueur peut diluer l’effet filtrant des crèmes solaires. Aux heures les plus chaudes, n’hésitez pas à vous couvrir ou à vous mettre à l’ombre. Renouvelez l’application de la crème au minimum toutes les deux heures et réappliquez automatiquement si vous vous rafraichissez et si vous vous essuyez.