Crème anti-rides, injections, camouflage des cheveux blancs… On fait ce qu’il faut pour cacher ces témoins du temps qui passe et paraître plus jeune. Et s’il suffisait d’être rousse pour faire quelques années de moins ?

Le prince Harry, Damian Lewis (Homeland), Emma Stone, Julianne Moore, Audrey Fleurot… Aujourd’hui, on ne cache plus sa rousseur, on l’assume. Et lorsque l’on découvre que cette couleur flamboyante fait paraître plus jeune, alors on la revendique !

LA JEUNESSE ÉTERNELLE ÉTUDIÉE À LA LOUPE

Les chercheurs de l’Université Erasme à Rotterdam se sont servis d’une base de données de visages de 2693 personnes sans maquillage. Des photos de face et de profil ont été analysées par un système d’évaluation d’images appelé 3DMD. Ce système se basait sur plus de 25 critères tels que les taches de rousseur, les rides, la qualité du teint et la forme du visage. Un algorithme a estimé un âge pour chaque individu. L’étape d’après était d’étudier les ADN des sujets qui avaient l’air plus jeune que leur âge réel. Et la découverte fut à la hauteur des attentes : le Docteur Manfred Kayser, qui participait à l’étude, explique : « Pour la première fois, un gène a été identifié comme étant l’explication partielle du fait que certaines personnes paraissent plus vieilles que leurs âges tandis que d’autres paraissent plus jeunes ».

LE GÈNE DE LA ROUSSEUR EN QUESTION

Toutes les recherches ont mené au gène MC1R – indispensable dans la fabrication de la mélanine, ce qui affecte la pigmentation de la peau et protège aussi des UV du soleil. Ce gène peut apparaître sous différentes formes ou variantes, l’une d’entre elles est connue comme étant « le gène roux » responsable des cheveux roux, des taches de rousseur, du teint de porcelaine. Une avancée qui pourrait être vital : comprendre la biologie moléculaire en rapport avec le fait de paraître plus vieux ou plus jeune peut faire avancer les recherches, notamment dans les nouvelles thérapies sur le vieillissement. Car cela signifie que « faire moins » ou « faire plus » que son âge ne dépend pas seulement d’une hygiène de vie (alimentation équilibrée, exposition au soleil, tabac, stress) mais aussi de la génétique.

ÊTRE ROUX, C’EST 2 ANS EN MOINS !

Les porteurs de ce gène au nom barbare – et donc les roux – afficheraient donc en moyenne deux de moins au compteur que les blonds ou les bruns. C’est injuste, mais c’est scientifiquement prouvé ! Et les colorations n’y feront rien…