Slow life, slow food, slow cosmétique™, la tendance est au ralentissement des modes de consommation. Dans tous les domaines, on « freine » pour privilégier un mode de vie plus sain, moins artificiel, et plus responsable.

LA SLOW COSMÉTIQUETM, QU’EST CE QUE C’EST ?

Qu’on se rassure, il ne s’agit pas de diaboliser certains produits, de s’interdire nos moments cocooning, ou de ne plus se maquiller. La slow cosmétiqueTM ne vise pas à révolutionner nos habitudes beauté, mais plutôt à nous sensibiliser sur la constitution de nos soins, pour consommer d’une manière éclairée. Grâce à elle, on apprend à repérer les agents nocifs pour notre peau (sensibilisants, irritants) et pour la nature (non biodégradables, non solubles), puis on allège notre routine beauté pour ne garder que l’essentiel. Concrètement : on bannît toutes les matières pétrochimiques, les colorants, les conservateurs chimiques, les alcools, les polluants et globalement les matières transformées.

LA SLOW COSMÉTIQUETM, LES BONS RÉFLEXES

On choisit d’utiliser des soins 100% naturels : huiles végétales, poudres minérales, hydrolats floraux… Combinés entre eux, et justement dosés, ils font des merveilles ! Nos préférés ? Huile de jojoba, de noisette, d’argan, (toutes en fait !), eau de rose, de bleuet, miel, karité, aloe véra, lait d’ânesse… on a l’embarras du choix !

LA SLOW COSMÉTIQUETM, CE QUI NOUS FAIT HÉSITER

Bien que nous soyons de plus en plus soucieux de la composition de nos cosmétiques, il y a des choses sur lesquelles nous ne sommes pas encore prêtes à céder. En tête de file : la sensorialité. Le parfum et la texture de nos soins jouent un rôle primordial dans le choix de nos produits chouchous. La slow cosmétique ne propose malheureusement pas encore beaucoup d’alternatives de ce côté là. Autre point, la conservation. Les cosmétiques DIY n’ayant pas de conservateur, il faut les utiliser très rapidement. Affaire à suivre…