Des nombreux tests et machines high-tech permettent de mesurer l’efficacité des soins visages sur notre peau. Plongée dans le monde des évaluations instrumentales.

Il faut compter entre 9 mois et 2 ans à un produit entre sa naissance dans les laboratoires de formulation de L’Oréal et sa mise sur le marché. Durant ce laps de temps, une cinquantaine de personnes interviennent pendant sa conception et à chaque étape de fabrication, il doit passer (et remporter) différents tests.

#1 ÉVALUATION DES MATIÈRES PREMIÈRES

C’est le premier crash test passé par un soin cosmétique, au tout début de son cycle de vie. Car si les actifs et matières premières sélectionnés ne sont pas parfaitement efficaces, stables entre eux et leur cosméticité parfaite, la formule devra être retravaillée.

À cela s’ajoutent différents critères : produits rincés (huile démaquillante) ou non (sérum anti-âge), partie du visage ou du corps concernée ou encore fréquence d’utilisation.

#2 LE TEST DE STABILITÉ

Une fois cette première étape franchie, place au test de stabilité. Son rôle : s’assurer qu’une formule efficace à un instant T le sera aussi dans le temps. C’est ainsi que nos crèmes visage passent 2 mois dans une étuve chauffée à 45°C, ce qui équivaut à 3 ans de conservation dans notre salle de bains. Au moindre doute, la formule initiale est revue et corrigée.

#3 TESTS MICROBIOLOGIQUES ET DE TOLÉRANCE

Tous les produits sont testés au Laboratoire de Microbiologie de Chevilly-Larue, une unité où l’atmosphère stérile est préservée au maximum. Interdiction d’y pénétrer sans une blouse neuve, une charlotte, des surchaussures et des mains décontaminées.
Là sont conjugués équipements performants et compétences scientifiques pointues pour tester les qualités microbiologiques d’une formule, ses éventuelles contaminations (afin de les modifier) mais aussi l’innocuité des conditionnements. Encore une fois, le doute n’a pas sa place et les critères sont encore plus stricts pour les produits dédiés au contour de l’œil.

#4 TESTS INSTRUMENTAUX 

Leur objectif : évaluer la performance des soins visage, ce que l’on pourrait résumer au test du « avant/après ». Des évaluations non invasives pour les 200 volontaires quotidiens qui testent les crèmes de demain.
Parmi les appareils high-tech que l’on découvre dans l’Unité d’Évaluation Instrumentale :

  • Le SkinChip® : un appareil dérivé des instruments pour prendre les empreintes digitales et qui permet de mesurer le niveau d’hydratation de la peau. En quelques dixièmes de secondes à peine, il capture des images précises de la peau pour restituer, en une image HD, son microrelief exact. Cette carte de la peau permet d’évaluer son degré d’hydratation et de mesurer l’efficacité d’une crème.
  • La « chromasphère® : un instrument breveté L’Oréal qui analyse la couleur de la peau. Une géographie des différentes couleurs des peaux du monde a été établie (66 teintes au total).
  • Quantifier la morphologie des rides : ce système permet d’acquérir de nombreuses informations sur la géométrie de la ride (profondeur, largeur, longueur) et ensuite de comparer l’évolution de son relief à J+28. C’est tout simplement ce qui permet de revendiquer l’efficacité d’un soin anti-âge.

À noter qu’il est courant que des tests complémentaires soient effectués par des laboratoires indépendants pour confirmer les premiers résultats.